• newsletter
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
     
     
     

Les aventurières de l’absolu

LES AVENTURIÈRES DE L’ABSOLU

Performance théâtrale et plastique

conception: Marie-Claire Vilard en complicité avec Claudie Landy

Plasticienne: Magdalena Lamri
Comédienne: Marie-Claire Vilard
Mise en scène: Claudie Landy
Création lumière: Vincent Dubois
Univers sonore: Christian Olivier

Avec la collaboration de : Guillaume Camboly, Martine Perdrieau, Odile Azagury, Natalia Shainyan, responsable du musée Marina Tsvetaieva de Moscou

Textes, peintures, lumières… font corps pour donner à voir et entendre cette «danseuse de l’âme»

Création diffusée le 7 décembre – L’HORIZON à 20h30

Croisement artistique autour des textes de la poétesse russe Marina Tsvetaieva, entre la peintre Magdalena Lamri et la comédienne Marie-Claire Vilard, avec le regard extérieur de la metteure en scène Claudie Landy. À partir du poème dramatique Le Gars, qui reprend le mythe du vampire, écrit d’après un compte populaire, les artistes ont conçu un voyage imaginaire plastique et théâtral dans l’œuvre de Marina Tsvetaieva. Cette traversée donnera lieu à une performance originale.

« Tenter de retisser les fils d’une histoire qui vient d’ailleurs, qui en même temps est la mienne, la recherche d’un absolu, une quête impossible… Tisser les lettres, les mots, les inscrire dans un espace pour qu’ils reconstruisent l’histoire. L’idée est ici de réaliser une sorte de déambulation, de parler d’une histoire qui se construit comme un tableau déchiré, comme une porte de l’enfance. Toile déchirée ou toile qui se déchire, et nous entrons au cœur du merveilleux… ».

Marie-Claire Vilard

Genèse du projet :

« Tout a commencé par ma découverte(lors de mes études de théâtre à Paris 8, St Denis) du Gars de Marina Tsvetaeva, texte poétique qu’elle a écrit en français en 1929. Cette rencontre avec l’écriture de Marina Tsvetaeva est restée profondément ancrée en moi avec le désir et la certitude que je travaillerai sur cet auteur un jour. Je me suis nourrie sans cesse de toute son œuvre : essais, poésies, correspondances…Cela n’a fait que confirmer la nécessité de concrétiser ce projet. Dans le cadre du collectif d’artistes de L’Horizon, Axel Landy m’a présenté l’univers de Magdalena Lamri(peintre et dessinatrice). Pour moi sa peinture résonnait avec l’univers de Marina et lors de notre première rencontre, elle et ses peintures ont fait écho avec ce que je ressentais de la parole de Marina, une évidence.
Claudie Landy avec laquelle je travaille depuis 20 ans, convaincue par ce projet s’est immédiatement engagée. Magdalena, Claudie et moi même sommes parties à Moscou pour la 1ère résidence de travail. Depuis l’équipe s’est agrandie : Christian Olivier (création musicale et sonore), Vincent Dubois (création lumière), Ophélie Thouvenot (assistanat) et la complicité d’Odile Azagury (chorégraphe) et Stéphane Kéruel (comédien).

Qui est Marina Tsvetaeva :

Marina Tsvetaeva (1892-1941) est aujourd’hui reconnue comme l’un des grands poètes du XXe siècle. Elle commence très jeune à écrire et à publier. Elle dut s’exiler à Berlin, à Prague, et à Paris après la révolution d’Octobre. Elle vécut 14 ans en France puis retourna dans son pays natal en 1939 où elle mit fin à ses jours deux ans plus tard. Réduite à néant par la terreur stalinienne, Marina ne cesse aujourd’hui de revivre et de rayonner. Sauvée de la destruction et de l’oubli par sa fille Ariadna Efon elle laisse une œuvre forte et exigeante. Du plus profond de sa personnalité, de son excentricité, et de son usage très précis de la langue émerge une poésie hors du commun.

« Je sais qui je suis : une danseuse de l’âme » MT

Marie-Claire Vilard nous parle de l’un des textes de Marina: Le Gars

« Le poème-conte Le Gars exprime une des idées maîtresses de M.T. Marina a réalisé ce texte d’après un conte populaire Le Vampire d’Alexandre Nikolaïevitch Afanassiev. M.Tsvetaeva écrit en 1922, un poème russe sur le même thème, une sorte de traduction de la prose en poésie.

Sept ans plus tard, elle entreprend la traduction de son poème du russe en français : Le Gars. Il resta très longtemps inédit: Quand on me dit : je ne désire pas trop la liberté et que la non-liberté m’est plus précieuse. Et qu’est ce, entre les êtres, que cette non-liberté si précieuse ? C’est l’amour. Le Gars est un poème glorifiant l’amour. La vraie passion ne connaît aucune limite, aucun scrupule moral. Ce texte est dédié à Boris Pasternak avec qui elle a eu une correspondance amoureuse importante. Des extraits des correspondances et divers poèmes viendront enrichir le propos afin de retranscrire au plus juste la singularité de cet auteur et le modernisme de son écriture. »

LIEU DE RECHERCHES ET CRÉATIONS

1) Un lieu de diffusion artistique.
2) Un lieu de production, de résidences et de recherches axé sur le croisement spectacle vivant/arts visuels.
3) Un lieu de formation avec des ateliers artistiques.
4) Les festivals l’Horizon fait le Mur et Les Traversées.

COLLECTIF D’ARTISTES

Une trentaine d’artistes du domaine plastique et du spectacle vivant, ayant pour objectif de produire des œuvres où les influences se croisent. Il est composé à la fois d’artistes locaux et d’artistes nationaux et internationaux.