• newsletter
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
     
     
     

THE CORNERSTONE : L’ange Esmeralda

The Cornerstone : L’ange Esmeralda

Avec le soutien de l’OARA

Accueil en lien avec le Théâtre de la Coupe d’Or, coproducteur du volet L’Homme qui tombe qui sera diffusé les 6 et 7 octobre à Rochefort.

Samedi 9 janvier, 20h30 à l’Horizon

PT : 10€ / TR : 8€

Elle vit quelqu’un bouger parmi les peupliers et les ailantes dans la partie la plus touffue du terrain vague. Une fille en chandail trop grand et en pantalon rayé qui fouillait dans les broussailles, peut-être en quête de quelque chose à manger ou à se mettre. Edgar la regardait, une fille dégingandée avec une sorte d’intelligence sauvage, une sûreté de geste et de pas – elle paraissait impuissante mais vive, elle paraissait paslavée et pourtant complètement propre, propre comme la terre, affamée, rapide.

« Au cœur d’un quartier déshérité du Bronx, deux sœurs religieuses – Edgar & Gracie – se lient d’un deal illicite avec Ismael – chef de gang et gardien du quartier – pour offrir de quoi manger aux habitants miséreux, et protéger les enfants des rues. C’est dans cette jungle urbaine du quart monde américain que leur apparaît la jeune orpheline Esmeralda, avant de disparaître dans les déchets environnants. Frappée par cette apparition, Sœur Gracie n’a qu’une idée : retrouver l’enfant pour la sauver d’une mort certaine. Le destin des habitants devient alors étroitement lié à celui d’Esmeralda, qui représente toute la beauté et la misère de leur existence, «…un répit, dans l’infinie tristesse du quartier ».

En semblant mêler Le Livre de la jungle et Notre-Dame de Paris au coeur d’une histoire populaire du Bronx, Don DeLillo développe en quelques pages une des histoires les plus bouleversante de toute son oeuvre. Cette nouvelle – qui clôturait initialement son roman de 1500 pages Outremonde – porte aujourd’hui cette même intensité, tout en l’isolant au fait divers d’une banlieue populaire. Don DeLillo orchestre ainsi – sur les murs d’un quartier abandonné de l’Amérique contemporaine – le destin d’une enfant des rues, et la réaction mystique de ses habitants.

Dans une forme courte et radicale de l’oeuvre – mêlant jeu, musique et images, autour de 3 interprètes – L’Ange Esmeralda vient questionner la fragilité de la raison humaine, le mystère d’une foule transcendée par ces événements, et les émotions profondes et incompréhensibles face à la violence pure et innommable du monde. »

Simon Mauclair

Traduction : Marianne Véron
Mise en scène & adaptation : Simon Mauclair

Création vidéo : Mathieu Ponchel
Création lumière : Gérard Gillot
Création musicale & sonore : Allan de la Houdaye

Production : Cornerstone

Co-Production : Scène Nationale d’Aubusson / Scène Nationale du Sud-Aquitain / L’Odyssée / OARA

Soutiens : Théâtre de l’Union de Limoges, Théâtre du Cloître de Bellac, La Guéretoise – Guéret, Le Gallia Théâtre de Saintes, l’A4 – St Jean d’Angély, l’OARA, la DRAC Nouvelle Aquitaine et le Fond d’insertion de l’Académie – École Supérieure Professionnelle de Théâtre.

Mentions : L’Adaptation de L’ANGE ESMERALDA de Don DeLillo est représentée dans les pays de langue française par Dominique Christophe / L’Agence, Paris en accord avec Abrams Artists & The Wallace Literary Agency, New York.

Notes biographiques sur Simon Monclair :

Après des études universitaires anglophones, Simon Mauclair intègre l’Académie – École Nationale Supérieure d’Art Dramatique de 2010 à 2013. À sa sortie, il joue dans de nombreuses créations (Les Décembristes par Véra Ermakova, La Visite de la vieille dame par Paul Golub, Comme des Chavliers Jedi par Thomas Quillardet, Il était une fois un pauvre enfant… par Jean-Baptiste Tur, Penthésilée par Catherine Boskowitcz,…). Parallèlement il met en scène avec une première création Lumières de Denis Diderot en 2014, puis Notre Petite Ville de Thornton Wilder en 2016, et Le Rêve d’un Homme Ridicule de Feodor Dostoïevski en 2018. En 2020, il créé deux oeuvres de l’auteur américain Don Delillo, L’Homme qui Tombe et L’Ange Esmeralda.

Il enseigne également au sein de la MC93 – Maison de la Culture de Bobigny, à destination de lycéens en option théâtre, et dirige régulièrement des stages dans les théâtres partenaires de ses créations. Il participe régulièrement à des conférences, échanges et débat autour de la littérature contemporaine américaine, et de l’adaptation romanesque au théâtre.

C’est au sein de l’École Nationale Supérieure d’Art Dramatique de Limoges, sous la direction d’Anton Kouznetsov, que Simon Mauclair fonde Cornerstone, accompagné d’interprètes de son entourage, ainsi que de musiciens, de techniciens, et de créateurs satellites.Les créations de Cornerstone traversent autant les continents que les registres littéraires – par la création de pièces, l’adaptation de nouvelles, de romans… faisant de ses spectacles des points de contacts entre la littérature, la musique et le cinéma.


LIEU DE RECHERCHES ET CRÉATIONS

1) Un lieu de diffusion artistique.
2) Un lieu de production, de résidences et de recherches axé sur le croisement spectacle vivant/arts visuels.
3) Un lieu de formation avec des ateliers artistiques.
4) Les festivals l’Horizon fait le Mur et Les Traversées.

COLLECTIF D’ARTISTES

Une trentaine d’artistes du domaine plastique et du spectacle vivant, ayant pour objectif de produire des œuvres où les influences se croisent. Il est composé à la fois d’artistes locaux et d’artistes nationaux et internationaux.